Table de concertation du Mois de l’histoire des Noirs de Québec
Posted by:Mois histoire des noirs québec Posted on:Jan 18,2017

La Table de concertation a prévu de rendre hommages à deux figures marquantes des communautés noires de l’histoire du Québec. Il  s’agit d’Olivier Lejeune qui est le premier noir arrivé en Nouvelle-France en 1629, et de Dany Laferrière, premier Afro-québécois à l’Académie française. Olivier Lejeune et Dany Laferrière illustre les deux extrêmes de l’histoire des communautés noires au Québec qui va des ténèbres de l’esclavage à la lumière de la consécration internationale.

Dany Laferrière, membre de l’Académie française

(Crédit : Mémoire d’encrier)

Né en Haïti, Dany Laferrière passe son enfance à Petit-Goâve. Il a débuté une carrière de journaliste à l’hebdomadaire Le Petit Samedi soir. Il part pour le Québec en 1976, fuyant la dictature des Duvalier suite à l’assassinat de son ami Gasner Raymond. Il travaille à Montréal comme ouvrier, puis se lance dans l’écriture avec un premier roman Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer (VLB, 1985). Célèbre, il devient le représentant d’une génération qui va révolutionner l’écriture du roman avec son Autobiographie américaine d’où se détachent les ouvrages Éroshima (1987), L’Odeur du café (1991), Le Goût des jeunes filles (1992), Cette Grenade dans la main du jeune nègre est-elle une arme ou un fruit? (1993), Chronique de la dérive douce (1994), Pays sans chapeau (1996), La Chair du maître (1997), Le Charme des après-midi sans fin (1997), Le Cri des oiseaux fous (2000).

Lauréat du Prix Médicis pour L’énigme du retour (2009), Laferrière a construit une œuvre patiente et puissante. Il a publié Les années 80 dans ma vieille Ford (2005), Tout bouge autour de moi (2010/2011), L’art presque perdu de ne rien faire (2011). Il nous livre ses réflexions sur l’écriture et la lecture dans Journal d’un écrivain en pyjama (2013) et dans Tout ce qu’on ne te dira pas, Mongo (2015) il raconte quarante années de vie. Une longue lettre d’amour au Québec.

Pour le cinéma, Dany Laferrière a scénarisé Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer (1989), Le goût des jeunes filles (2004), Vers le Sud (2005) et a réalisé Comment conquérir l’Amérique en une nuit (2004). Pour la jeunesse, il a publié aux éditions La bagnole Je suis fou de Vava (2006), Prix du Gouverneur général, La fête des morts (2009), Le baiser mauve de Vava (2014). En 2014, il devient citoyen d’honneur de la Ville de Montréal. Traduit en 15 langues dont l’anglais, le chinois, le japonais, le coréen, l’allemand, le polonais, l’œuvre de Dany Laferrière rayonne dans le monde.

Le 12 décembre 2013, Dany Laferrière est élu à l’Académie française, son élection constitue un événement majeur dans les annales littéraires.

(Source : Mémoires d’encrier)

Olivier Lejeune, premier noir arrivé à Québec en 1629

En juillet 1629, Samuel de Champlain est forcé à la reddition de la jeune colonie de Québec  devant les frères Kirke, des corsaires agissant au nom de l’Angleterre. Outre cette première possession anglaise de la Nouvelle-France, un autre fait historique se cachait dans les bagages des envahisseurs : Olivier Lejeune, le premier esclave africain à vivre et mourir dans la ville de Québec. Très peu d’informations subsistent à son sujet. On sait qu’il est venu lors du siège des frères Kirke, probablement en tant que serviteur de l’un d’eux. On sait aussi qu’il fut vendu 50 écus à Le Baillif, un traître et commis français œuvrant pour les Anglais. Ce dernier le céda à Guillaume Couillard lorsqu’il quitta Québec, la ville revenue aux mains des Français par le traité de Saint-Germain-en-Laye en 1632. Le père jésuite Paul Le Jeune lui apprendra les bases du catéchisme, voici ce qu’il écrit dans ses Relations :

« Je suis devenu régent en Canada, j’avois l’autre jour un petit Sauvage d’un côté, et un petit Nègre ou Maure de l’autre, auxquels j’apprenois à connoître les lettres. Après tant d’années de régence, me voyla enfin retourné à l’A, B, C. mais avec un contentement & une satisfaction si grande, que je n’eusse pas voulu changer mes deux écoliers pour le plus bel auditoire de France »[1]

Ainsi, un jeune Malgache devint l’un des premiers étudiants de notre histoire académique. Il sera baptisé en mai 1633; on lui donnera le nom d’Olivier, en l’honneur du commis-général Olivier Letardif (gendre de Guillaume Couillard), et Lejeune pour son précepteur jésuite.

Olivier Lejeune n’est mentionné que seulement deux autres fois dans les documents de la Nouvelle-France : en 1638, il est mis « 24h à la chaisne » pour avoir calomnié Nicolas Marsolet et, dans le registre des sépultures, il est inhumé au cimetière de la côte de la Montagne le 10 mai 1654.

(Source : Webster)

[1]Relations de Jésuites, éd. Thwaites, V, 62.

Mois histoire des noirs québec

Raconter une petite bibliographie ici.

    CALENDRIER

    < 2017 >
    Juin
    DLMMJVS
        123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930 
Calendrier des activitésDépliant Nous joindre