Table de concertation du Mois de l’histoire des Noirs de Québec
Posted by:Mois histoire des noirs québec Posted on:Jan 2,2017

La présence des Noirs au Québec remonte aux origines même de la Nouvelle-France.  La périodisation  qui suit est  un résumé du livre d’Arnaud Bussières[1] qui divise en trois temps l’histoire des Noirs du Québec.

 

De 1629 à 1834

Le  premier Noir arrivé en Nouvelle-France en 1629 est Olivier Lejeune. Du XVIIème siècle à 1834, les Noirs du Québec vécurent sous l’esclavage. L’esclavage a été officialisé en Nouvelle-France en 1709 par l’ordonnance de l’intendant Raudot. Cette ordonnance n’a jamais eu force de loi car elle n’a jamais été approuvée par le roi de France.  Mais c’est sous le régime anglais que l’esclavage des Noirs prit son essor. En effet, l’article 47 de de la capitulation de Montréal en 1760 maintient l’esclavage des Noirs et des Panis (amerindiens). L’esclavage sera aboli dans l’Empire britannique en 1834.

 

De 1834 à 1950

En 1793, le député Pierre-Louis Panet présenta à la Chambre d’assemblée une loi visant à abolir l’esclave. Mais celle-ci fut rejetée par les autres législateurs qui sont prioritaires d’esclaves. C’est en 1794 que le juge James Monk déclara que la possession d’esclaves était illégale et rejeta les poursuites intentées par les propriétaires contre les esclaves en fuite. L’abolition définitive de l’esclavage au Canada est décidée par le Parlement de Londres en 1833 et est entrée en vigueur en 1834.

Mais l’abolition de l’esclavage n’améliore pas pour autant la situation des Noirs du Québec. Car à l’esclavage succède la discrimination systémique. Non seulement les descendants d’esclaves furent l’objet de multiples préjugés racistes, mais les immigrants noirs furent considérés indésirables. Les autorités publiques privilégièrent l’immigration blanche. La ségrégation relégua les Noirs au bas l’échelle; la plupart d’entre eux furent des porteurs ou des domestiques. L’emploi leur était refusé sauf quand on ne pouvait se passer d’eux; l’Église  leur interdisait la prêtrise; à la messe, ils occupaient les derniers rangs ou les balcons distincts; les Noirs n’avaient pas accès à l’éducation scolaire; on leur interdisait l’accès aux piscines, aux salles de spectacles, aux hôtels, aux patinoires. L’opinion publique et les médias se moquèrent d’eux comme des êtres sales, cannibales, peu intelligents, malhonnêtes, etc.

Face à ces discriminations, les Noirs réagirent et s’organisèrent. Face à la discrimination dans les églises, les Noirs créent leurs propres églises. La première église noire est fondée en 1860. La Coloured Women’s Club est fondée en 1902 pour soutenir les femmes et les familles noires qui souffrent de la pauvreté et de l’exclusion des services sociaux. De nombreuses autres associations furent créées pour offrir divers services aux Noirs.

Bien que relégués au bas de l’échelle, les Noirs ont contribué à l’essor économique du Québec par leur travail sur les chantiers maritimes, la manufacture, l’industrie électrique, etc. Un autre apport important des Noirs se situe sur le plan culturel. Il s’agit de l’introduction du jazz au Québec  à partir des États-Unis.

 

De 1950 à nos jours

Dans les années 1950, l’adoption d’une nouvelle politique d’immigration au Canada favorisa l’arrivée massive de domestiques noires des Antilles anglaises pour servir dans les foyers nantis. Mais c’est en 1967, grâce à un nouveau système de sélection basé sur le pointage que les Noirs affluèrent nombreux des Antilles et d’Afrique comme travailleurs qualifiés, réfugiés, ou étudiants. Au début des années 1960, de nombreux haïtiens intellectuels et diplômés de l’enseignement supérieurs, qui fuyaient la dictature de Duvalier s’installèrent au Québec. Et grâce aux accords signés avec les pays francophones d’Afrique nouvellement indépendants, le Québec accueillit de nombreux étudiants d’Afrique subsaharienne. Tout comme les noirs du 19ème siècle, ces nouveaux arrivants ont aussi fait face au racisme.

En réponse, plusieurs organismes de defense des droits des Noirs furent crées. Ainsi, la Ligue des Noirs est créée en 1969, la Maison d’Haïti et le Black Community Council, en 1972.

Aujourd’hui, comme hier, en dépit des discriminations  qui persistent, les Noirs contribuent pleinement à la vie politique, économique, et culturelle de Québec. En politique, Jean Alfred, le premier député noir est élu en 1972. Yolandes James et Maka Kotto ont été ministres et Michaëlle Jean a été nommée gouverneur générale du Canada. Sur la scène culturelle et médiatique, Marie-Josée Lord, Azeb Wolde-Giorghis, Normand Brathwaite, Anthony Kavanah, Gregory Charles, Boucar Diouf, Pierre-Yves Lors, Didier Lucien, Aly N’Diaye Webster, etc. sont des visages connus.

 

[1]Arnaud Bussières, La contribution des Noirs au Québec. Quatre siècles d’une histoire partagée, Québec, Les publications du Québec, 2012, 174 pages

Mois histoire des noirs québec

Raconter une petite bibliographie ici.

    CALENDRIER

    < 2017 >
    Août
    DLMMJVS
      12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
Calendrier des activitésDépliant Nous joindre